Manifestations

connectez-vous...

Le temps

Le calendrier

Août 2018
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Les Visiteurs

1785470
Aujourd'huiAujourd'hui230
HierHier925
Cette semaineCette semaine1155
Ce mois-ciCe mois-ci26728
Total : Total : 1785470
Les articlesBon à savoir

Bon à savoir

Permis B : vers la conduite accompagnée dès 15 ans et le passage des épreuves dès 17 ans et demi ?

Dans le cadre de la réforme du permis de conduire présentée vendredi 13 juin 2014, le ministère de l’intérieur a proposé un certain nombre de mesures concernant la conduite accompagnée et le permis à 1 euro par jour.

Le ministère de l’intérieur indique notamment vouloir autoriser la conduite accompagnée dès 15 ans et le passage des épreuves du permis B dès 17 ans et demi. Le ministère veut également :

  • mieux faire connaître le dispositif du permis à 1 euro,
  • ouvrir ce dispositif même à ceux qui ont subi un échec à l’examen,
  • créer un prêt de complément d’un montant de 300 euros.

Enfin, une attestation scolaire de sécurité routière de niveau 3 (ASSR 3) devrait être mise en place en classe de seconde.

Bac 2014 : ce qu’il faut savoir pour le jour des épreuves

http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/blocs/bloc21-bg.png); background-attachment: scroll; background-size: initial; background-origin: initial; background-clip: initial; background-position: 50% 0%; background-repeat: repeat-x;">

Que se passe-t-il si j’arrive en retard à une épreuve ? Et si je suis malade le jour du bac ? Comment faire si j’oublie ma carte d’identité ? Puis-je garder avec moi mon téléphone portable ? La note « 0 » est-elle éliminatoire ? Puis-je contester mes notes ? Alors que les épreuves écrites du baccalauréat commencent à partir du lundi 16 juin 2014, le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche propose en ligne toute une série de questions-réponses pratiques sur le baccalauréat.

La première série de questions-réponses porte sur les sujets suivants :

  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">préparation des épreuves,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">sujets de baccalauréat,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">déroulement des épreuves,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">corrections des épreuves,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">réussite au baccalauréat,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">évolutions du baccalauréat,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">changement de série, redoublement, conservation des notes et interruption de scolarité.

La seconde série de questions-réponses traite des sujets plus spécifiques comme, par exemple :

  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">l’option internationale du baccalauréat,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">les baccalauréats binationaux (abibac, bachibac, esabac),
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">les sections européennes,
  • http://www.service-public.fr/css/images-css/commun/puces/puce1.png); background-attachment: initial; background-position: 2px 6px;">les épreuves de langues vivantes.

À noter : le ministère rappelle également les règles à respecter avant d’entrer dans les salles d’examens (conditions d’accès et de sortie des salles de composition et sanctions encourues en cas de fraude ou de tentative de fraude).

Pour en savoir plus

Règles à suivre contre le phishing

Le filoutage, ou phishing, est une technique utilisée par des personnes malveillantes dans le but d’obtenir des informations confidentielles sur leurs victimes puis de s’en servir. Pour ce faire les fraudeurs contactent leurs victimes sous différents prétextes en usurpant l’identité d’un tiers dans lequel la victime pourrait avoir confiance (une banque, un site de commerce…).

JPEG - 4.7 ko
phishing

Ces arnaques visent aujourd’hui principalement les clients des sites bancaires, mais il n’est pas rare de constater qu’elles peuvent aussi s’attaquer aux sites de commerce ou d’organisations caritatives.

Sur l’internet on trouve également le terme d’hameçonnage. Glossaire

Principe de fonctionnement

Généralement la victime reçoit dans sa messagerie électronique un courriel, semblant provenir de sa banque ou d’un organisme de confiance, lui indiquant qu’un problème est survenu sur son compte. Le contenu du mail est vraisemblable, il utilise le logo de l’organisme bancaire et invite la victime à cliquer sur le lien contenu dans le courrier afin de résoudre ce soi-disant problème. Le lien affiché est d’ailleurs celui de la banque (quand le message est affiché au format HTML).

Exemple d’un courriel de filoutage envoyé à des clients d’une banque.

JPEG - 22.2 ko
phishing

Le lien internet masqué, contenu dans le mail, conduit en fait à un site ressemblant à s’y méprendre au site de la banque ou de l’organisme de confiance. Cette imitation du site bancaire a été déposée par une personne malintentionnée sur un autre site internet compromis. Dès qu’une victime saisit des informations personnelles (coordonnées bancaires, identifiants, mots de passe), celles-ci sont immédiatement envoyées à la personne malveillante qui s’empressera de les utiliser pour vider le compte bancaire de sa victime.

Ces courriers frauduleux ne sont généralement pas ciblés mais envoyés à des milliers d’adresses.

Comment s’en protéger ?

- Les banques n’envoient jamais ce genre de courriel : d’une manière générale, une banque ne demandera pas à ses clients de venir saisir leurs informations personnelles dans un courrier électronique. Pour se connecter au site de sa banque il vaut mieux entrer manuellement l’adresse réticulaire (URL) du site dans votre navigateur.

- Préférer saisir des informations personnelles (coordonnées bancaires, identifiants…) sur des sites internet sécurisés : un cadenas apparaît dans le navigateur et l’adresse du site commence par HTTPS au lieu de HTTP.

- Ne pas cliquer sur les liens contenus dans les courriers électroniques : les liens affichés dans les courriers électroniques peuvent en réalité diriger les internautes vers des sites frauduleux. En cas de doute, il est préférable de saisir manuellement l’adresse dans le navigateur.

- Être vigilant lorsqu’un courriel demande des actions urgentes.

- Utiliser le filtre contre le filoutage du navigateur internet : la plupart des navigateurs (Microsoft Internet Explorer 7, Mozilla Firefox, Opéra) proposent une fonctionnalité d’avertissement contre le filoutage. Leurs principes peuvent être différents (liste noire, liste blanche, mot clé…) et sans être parfaites, ses fonctions aident à maintenir la vigilance de l’utilisateur.

- Utiliser un logiciel de filtre anti-pourriel : la plupart du temps ces tentatives d’escroquerie se diffusent par le biais de courriers électroniques. Même si les logiciels de filtrage ne sont pas parfaits, ils permettent de réduire le nombre de ces courriels.

- Ne jamais répondre ou transférer ces courriels.

- En cas de doute ou de problème, prendre contact rapidement avec son agence bancaire.

- D’une manière générale, être vigilant et faire preuve de bon sens : ne pas croire que ce qui vient de l’internet est forcément vrai.

 

CMU-C : extension aux étudiants isolés en situation précaire

Le ministère des affaires sociales et de la santé a annoncé l’extension de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) aux étudiants isolés en situation précaire.

Les étudiants de moins de 25 ans sont rattachés au foyer de leurs parents pour l’attribution de la CMU-C. Or, dans les situations d’isolement ou de rupture familiale, les étudiants peuvent ne pas bénéficier de la CMU-C du fait de la situation financière de leurs parents sans pour autant bénéficier des ressources de leurs parents. La loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 permet désormais à ces jeunes de pouvoir bénéficier de la CMU-C indépendamment du foyer de leurs parents (un arrêté publié au Journal officiel du mardi 3 juin 2014 vient d’en préciser les conditions).

La CMU-C est une protection complémentaire santé gratuite accordée aux personnes remplissant certaines conditions de résidence et de ressources.

Réduction d’impôt : le projet de loi de finances rectificative pour 2014 présenté en Conseil des ministres

Le projet de loi de finances rectificative pour 2014 a été présenté au Conseil des ministres du mercredi 11 juin 2014 par le ministre des finances et des comptes publics et le secrétaire d’État chargé du budget.

De quoi s’agit-il ?

Le projet de loi introduit une mesure de réduction d’impôt sur le revenu d’un montant de 350 euros (700 euros pour un couple) au bénéfice des contribuables dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 1,1 smic (le seuil de revenus ouvrant droit au bénéfice de cette mesure étant doublé pour un couple). Cette réduction d’impôt serait prise en compte sur les avis d’imposition reçus à partir de cet automne.

Enfin, dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros, le collectif budgétaire prévoit également des mesures de non-revalorisation de certaines prestations sociales financées par l’État.

Don du sang : en savoir plus sur www.dondusang.net

don du sangÀ l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang du 14 juin 2014, retrouvez le site www.dondusang.net avec l’Établissement français du sang (EFS).

À partir de quel âge peut-on donner son sang ? Combien de temps cela dure-t-il ? Le don du sang est-il un acte totalement sécurisé ? Quels documents dois-je apporter pour effectuer un don du sang ? Y a-t-il un moment idéal dans la journée pour donner son sang ? Peut-on donner son sang plusieurs fois dans l’année ? Ce site détaille tout ce qui concerne le don du sang par l’intermédiaire d’une série de questions-réponses pratiques. Le site propose également un module de recherche du centre de collecte le plus proche de chez vous (centres fixes ou centres mobiles de don du sang, de plasma ou de plaquettes).

L’EFS doit assurer la sécurité des donneurs et la sécurité des receveurs dans des conditions optimales (contre les risques de transmission d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite ou de substances dangereuses). Pour cette raison, il existe des cas pour lesquels il n’est pas possible de donner votre sang.

Dégâts suite à des intempéries : Quelle prise en charge de votre assurance ?

À la suite d’intempéries, vous avez subi des dégâts et vous voulez déclarer le sinistre. Dans quels cas, peut-on parler de catastrophe naturelle ? Service-public.fr vous propose une fiche récapitulative concernant l’assurance et les catastrophes naturelles.

Un assureur ne prend en charge le règlement d’un sinistre dû à une catastrophe naturelle que sous certaines conditions :

  • garantie contre ce type de sinistre,
  • reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par un arrêté interministériel.

En cas de souscription d’une assurance « multirisques habitation », vous êtes automatiquement couvert contre les dégâts provoqués par une catastrophe naturelle (tremblement de terre, inondations, sécheresse, glissement de terrain, action mécanique des vagues...).

Vous devez fournir à votre assureur un descriptif des dommages subis précisant leur nature et une liste chiffrée de tous les objets perdus ou endommagés accompagnée de tout type de documents permettant d’attester de l’existence et de la valeur des biens (factures, photographies, par exemples).

Vous serez indemnisé pour les biens couverts par votre contrat dans la limite des plafonds de garantie.

Sauf clauses plus favorables incluses dans le contrat, l’indemnisation sera effective dans un délai de trois mois à compter de la date de remise de l’état estimatif des biens endommagés ou de l’arrêté de catastrophe naturelle.