Interview de madame Brémond, Maire de Saint Julien de Peyrolas

  • Imprimer

YG : Bonjour, je vous remercie d’avoir accepté cette interview pour le site le Peyro-lienS, où la municipalité dispose de pages spécifiques pour sa communication . Vous êtes née à Uzès. depuis quand êtes vous installée à Saint Julien de Peyrolas ?
porte_mairieCB : Depuis 1981, j’ai été élue en 2001 et 2008. Avant mon élection j’ai eu un engagement bénévole dans les associations : Aux parents d’élèves où j’ai été membre du bureau tant que mon fils a été scolarisé, puis membre actif. Au foot aussi, où j’ai été « parent accompagnant ». Je me suis engagée aussi à l’association Peyrolaise de culture et de loisir, présidée par madame Barnouin : L’activité s’articulait autour de la gymnastique ,de la marche et du théâtre ; depuis le théâtre a pris son autonomie .   Ainsi les peyrolais me connaissaient bien. Comme vous le savez , peut être , j’ai été élue maire « par hasard » puisque notre tête de liste n’a pas été élue ….  
Je rappelle aussi que c’est mon dernier mandat .Je l’ai dit publiquement. Je ne suis pas du genre à « m’incruster » !

YG : Qu’est ce qui vous plait le plus dans votre fonction de maire ?
CB : Le contact avec les gens. Se mettre à leur disposition, partager les choses. Il est vrai qu’en 2001 j’avais quelques illusions à ce sujet. Venant des associations je pensais qu’on pourrait avoir le même fonctionnement à la mairie …. J’avais d’ailleurs fait installer une urne pour recueillir les suggestions des peyrolais . Au bout d’un an je l’ai fait enlever : Il n’y avait presque pas de propositions et beaucoup de sottises pour ne pas dire plus ! 
Le maire est responsable de la sécurité et de la tranquillité publique. Il ne peut pas plaire à tout le monde mais il est au service de tous les peyrolais ! Cela étant je ne suis pas seule ,nous partageons beaucoup au sein du conseil municipal. Et nous sommes ouverts aux suggestions ; par exemple, au début du premier mandat nous avons dialogué avec les jeunes et on a créé le multisports. Plus récemment nous avons revu notre position par rapport au terrain de boules de la place du donjon ….  Mais à la réflexion, ce qui est le plus agréable, c’est de marier les gens. J’ai même marié un couple de 80 ans à la Saint Valentin !

YG : Qu’est ce qui vous plait le moins ?
CB : La lourdeur de l’administration et la complexité des dossiers que nous avons à instruire. Les gens s’imaginent que nous passons notre temps à décider pour Saint Julien. Mais c’est faux ! L’essentiel de notre temps est consacré à répondre aux obligations des pouvoirs publics. ; Et ça ,ce n’est pas gratifiant ! D’autant que la préfecture exerce un contrôle de légalité particulièrement tatillon …

YG : Quels sont vos projets pour cette fin de mandat ?
egliseCB : Nous avons une église très belle qui a été magnifiquement rénovée. Malheureusement la vue est gâchée par les 2 monuments qui sont devant. Les touristes ont même de la peine à prendre une belle photo ! Nous sommes en dialogue avec la paroisse catholique pour déplacer la grande croix des missions à droite de l’église, tout en la réhabilitant.
Pour le monument aux morts, nous aimerions le déplacer sur le terrain en face du lavoir, au delà de la place du Barry. de la sorte nous pourrions, lors des cérémonies, nous déplacer en procession depuis la mairie. Ainsi nous ne bloquerions pas la circulation et pourrions disposer de plus de temps. Il est important, notamment, d’associer les enfants des écoles, pour développer leur esprit civique..J’avais envisagé ce transfert du monument aux morts dès le début du premier mandat. mais il a fallu attendre que le tollé s’apaise et qu’on puisse lever les incompréhensions. ....

YG : Et la mise en sens unique de la traversée du village ? Les embarras sont en effet très fréquents.
CB : C’est en cours. L’urgence ne m’échappe pas car c’est infernal et dangereux. Mais c’est une route départementale. Il faut se rapprocher de l’Unité Territoriale de Bagnols (Conseil Général) .

YG : Et le numérotage des maisons, ainsi que la nomination des rues, qui n’ont pas de nom ?
CB : Mr Sarot, qui a en charge ce dossier, y a travaillé tout l’été avec le SIG (syndicat intercommunal d’information géographique). Mais c’est un travail minutieux. Il faut se positionner devant chaque maison avec le GPS. Il y aura une réunion publique à ce sujet ; On consultera les habitants pour le choix du nom des rues qui n’en ont pas.

YG : Un mot de conclusion,
CB : Je suis très fière de travailler pour les peyrolais, comme j’imagine l’a été avant moi Mr Barnouin et comme le sera, sans doute, mon successeur.