Manifestations

connectez-vous...

Le temps

Le calendrier

Août 2018
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Les Visiteurs

1781717
Aujourd'huiAujourd'hui1006
HierHier1260
Cette semaineCette semaine5910
Ce mois-ciCe mois-ci22975
Total : Total : 1781717
Les articlesInterviewsINTERVIEW de DANIEL MICHEL Directeur General de VALCEZARD

INTERVIEW de DANIEL MICHEL Directeur General de VALCEZARD

INTERVIEW de DANIEL MICHEL Directeur Général de VALCEZARD (Communauté de Communes des vallées de la Cèze et de l’Ardèche)
Question : L’intercommunalité est une réalité de plus en plus présente dans la vie de nos concitoyens. Mais ça remonte à quand ?

Daniel Michel : l’intercommunalité n’est pas un concept récent.Cela date des lois DEFFERE sur la décentralisation, au début des années 80.L’objectif était de rassembler les petites communes sur un territoire donné (et notamment les plus petites) pour mutualiser les forces et les ressources. Cette politique était incitative et non coercitive. D’ailleurs le Nord de la France a été plus précoce que le Sud et il existe toujours un certain nombre de communes qui sont restées isolées, notamment dans le Gard Rhodanien.

: et Valcézard ? 

DM : Valcézard a été créée en 2002 autour de ces 2 vallées à forte vocation touristique.

: On peut s’étonner que l’intercommunalité ne se soit pas articulée autour de Pont Saint Esprit ? Etait ce lié à la personnalité du maire de l’époque ?

DM : Cela a pu jouer mais ce n’est pas l’essentiel. Christophe Serre, qui a été le promoteur du projet, souhaitait une intercommunalité RURALE  pour que nos villages vivent et ne soient pas les banlieues de Pont ou Bagnols.

: Quelles sont les attributions déléguées à Valcézard ? 

DM : Valcézard a des compétences obligatoires comme le développement économique,mais aussi des compétences optionnelles :
     - la petite enfance
     - l’éducation à l’environnement
     - la politique touristique
     - le patrimoine
     - l’accessibilité à la culture
     - l’assainissement non collectif (SPANC) 

 

Q : Quels sont vos effectifs salariés et votre budget ?

DM : 14,5 équivalents temps plein pour 20 salariés et un budget d’1 million d’euros environ. 

Q : On lit de plus en plus d’articles dans Midi Libre sur un éventuel regroupement des communautés de communes. Qu’en est-il ? 

DM : C’est la Loi du 16 Décembre 2010 sur la réforme des collectivités locales,, qui a relancé le sujet. Le préfet doit proposer un schéma départemental de coopération intercommunale à un comité départemental, qui doit donner son avis. Ensuite chaque commune doit délibérer sur ce projet et la carte redéfinissant les territoires doit être arrêtée avant juin 2013. Il faut noter que les communes n’auront plus la possibilité de rester seules.

Q : Etes-vous inquiet de ces perspectives ? 

DM : Pas du tout. Je trouve passionnant de défendre les années de travail de Valcezard au sein d’un regroupement des communautés de communes du Gard Rhodanien.Vous savez Valcezard a une très bonne réputation au Département, à la Région et vis-à-vis des différents partenaires de l’Etat. Les élus délégués par les 16 communes débattent beaucoup, mais ils sont tous unis par le souci de défendre la ruralité de nos villages et de veiller au bon usage de l’argent public. 

: Parlons un peu de vous, même si vous n’aimez pas les photos et préférer travailler en coulisses ? 

DM : J’ai 44 ans, je suis originaire de Roquepertuis et j’ai intégré l’équipe de Valcézard en 2004, d’abord comme attaché culturel puis assez vite en tant que Directeur Général.

Q : La culture est un des marqueurs de votre vie professionnelle ? 

DM : Oui. J’ai travaillé 12 ans à Valbonne avec notamment ces attributions et j’ai fait mon mémoire de DECS sur le sujet « patrimoine et art contemporain ». 

Q : A propos de culture beaucoup de personnes sont inquiètes sur le projet de Scene-Campagne à Cornillon. N’est ce pas disproportionné par rapport aux moyens de Valcézard ? 

DM : IL faut comprendre qu’il s’agit d’un appel d’offres de l’Etat pour labelliser des POLES d’EXCELLENCE RURALE. Nous attendons la réponse d’un moment à l’autre. Si nous obtenons le label nous ne serons pas tout seuls pour réaliser ce projet. Par ailleurs, il ne s’agit pas simplement d’une salle de spectacles (même si celle-ci est très nécessaire car le petit théâtre situé à Pont avec une toute petite scène et 200 places ne répond pas aux mêmes besoins) mais bien d’un « socle culturel » avec l’apport des dernières technologies (numériques, vidéos…) qui sera une vitrine pour notre région touristique, un appui pour les entreprises et les associations et une ouverture culturelle multiforme pour tous les jeunes du territoire.
Il n’y a pas de raison que nos jeunes soient complètement pénalisés pour l’accès à la culture par rapport aux jeunes urbains.
Ce projet est donc au cœur de la défense de la ruralité, c’est pourquoi nous y tenons tant !
Q : Pour conclure, qu’est ce qui vous passionne dans votre mission ? 

DM : Même si ça peut paraître désuet, je suis attaché au service public. J’ai envie tout simplement d’être au service de mes concitoyens. 

Q : Merci et bon courage.